Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
JF Badier Web Digital Entrepreneur

JF Badier Web Digital Entrepreneur

Menu
Pourquoi je suis contre le port du masque

Pourquoi je suis contre le port du masque

J'ai toujours été contre le port du masque, pour les raisons évoquées ci-dessous.

Pour moi, c'est contraire à nos libertés premières, pendant qu'on nous bassinne de fakes news au sujet du Covid19, il se passe tellement de choses importantes que c'est presque risible la faàon dont nos gourvenants nous prennent pour des moutons.

Le gouvernement en place, et c'est valable partout dans le monde, fait passer des lois liberticides, contraire à tous nos acquis durement gagner par nos parents et garnds parents, même si les conditions ont changé, je pense qu'il y a une autre façon de faire et d'agir.

Comme on ne pourra jamais mettre tout le monde d'accord, alors je prefère utiliser ce moyen, à mon niveau, pour dire ce que je pense etsachez que je ne suis pas le seul à penser cela, il faut juste attendre l'élément fédérateur qui nous permettra à nouveau d'envisager l'avenir avec plus de sérénité.

J'ai honte de ce qu'on va laisser à nos enfants et petits enfants.

 

Header Association
 

Pourquoi j’ai changé d’avis sur le MASQUE

Chers amis,

En mars dernier, j’étais convaincu de l’intérêt du masque contre l’épidémie.

Pour une raison simple : à l’époque, les pays où l’on se masque au moindre symptôme étaient très peu touchés : Taïwan, Hong-Kong, Corée, Japon.

Et puis, je croyais que le masque n’avait aucun inconvénient.

Donc, en pleine épidémie, par précaution, il me paraissait logique de le généraliser, au moins dans les transports en commun.

Sauf qu’à l’époque, il n’y avait quasiment pas de masques en France.

Vous vous en souvenez : même les infirmières et les médecins de terrain n’avaient pas forcément de masque, alors qu’ils voyaient des dizaines de malades tous les jours !

Aujourd’hui, on a tous les stocks de masque qu’il faut.

Mais aujourd’hui, on en sait beaucoup plus sur son efficacité réelle !

En fait, absolument rien ne prouve que le port du masque généralisé sert à quelque chose.

Et contrairement à ce que je croyais, le port du masque généralisé peut avoir de lourds inconvénients !

Attention : il est clair que le masque reste absolument indispensable pour les personnels soignants.

Car ils s’approchent de très près de nombreux patients contagieux, tous les jours.

Et car ils savent utiliser le masque : ils en changent tous les 2 à 4 heures, savent éviter de les toucher et les jettent après usage, plutôt que de les mettre dans leur poche ou leur sac.

Là-dessus, tout le monde est d’accord.

Mais tous les scientifiques sérieux sont d’accord, aussi, pour dire que le masque ne sert à rien à l’extérieur.

Car les contaminations à l’air libre sont rarissimes.

Le seul risque en extérieur, c’est que des dizaines de personnes s’agglutinent, s’embrassent ou se crient dessus, ce qui n’est vraiment pas fréquent.

Et ce n’est pas tout.

Il faut savoir que les autorités de santé du monde entier s’accordent pour dire qu’on n’est pas contagieux si on n’a pas de symptômes !

Donc si vous n’avez pas de toux ou d’autres symptômes de la Covid, vous ne risquez pas de contaminer les autres !

Cela veut dire que le masque ne se justifierait vraiment que pour ceux qui ressentent des symptômes (et les soignants)… mais pas pour tout le monde !

Mais, vous me direz, pourquoi ne pas appliquer le principe de précaution ?

Puisque les masques ne coûtent quasiment rien, et qu’il n’est pas risqué de les porter (c’est juste un peu inconfortable), pourquoi ne pas en mettre le plus souvent possible, « au cas où » ?

Eh bien pour une raison simple : c’est que le masque n’est pas inoffensif, loin de là.

D’abord, il faut savoir que le masque pourrait être dangereux pour ceux qui ont la Covid !

C’est un ami médecin me l’a fait réaliser : quand on est malade, on excrète du virus par le nez et la bouche… mais avez un masque, on risque de les respirer à nouveau, ce qui pourrait aggraver la charge virale et la maladie !

Pour ceux qui n’ont pas le Covid, le masque n’est pas non plus inoffensif.

Voici la liste des effets négatifs, listés par l’Organisation Mondiale de la Santé dans une circulaire du mois de juin[1] :

  • risque potentiellement accru d’auto-contamination dû au fait de manipuler un masque facial puis de se toucher les yeux avec des mains contaminées ;
  • auto-contamination possible si un masque non médical humide ou sale n’est pas remplacé, favorisant ainsi la prolifération de micro-organismes ;
  • mal de tête et/ou difficultés respiratoires possibles selon le type de masque utilisé ;
  • lésions cutanées faciales, dermite irritative ou aggravation de l’acné en cas de port fréquent et prolongé du masque ;
  • port du masque mal supporté, notamment par le jeune enfant;
  • difficultés de communiquer en cas de surdité et de dépendance de la lecture labiale ;
  • désavantages et difficultés liés au port du masque éprouvés par les enfants, les personnes atteintes de troubles mentaux ou de déficiences développementales, les personnes âgées atteintes de déficiences cognitives, les asthmatiques ou les personnes souffrant d’affections respiratoires chroniques, etc..

Et il ne faut pas oublier l’impact psychologique chez les plus jeunes, difficile à mesurer mais assez inquiétant !

Pire, mal utilisé, le masque généralisé pourrait même accélérer l’épidémie !

Comme le résume bien le Dr Pascal Sacré, le masque peut causer des contaminations[2] :

  • En augmentant la tendance à toucher son visage, sa bouche, son nez, ses yeux.
  • En favorisant la concentration des virus sur la couche extérieure du masque.
  • En donnant un faux sentiment de sécurité (qui conduit à moins se laver les mains).
  • En générant des facteurs qui vont neutraliser l’effet protecteur du masque comme de parler plus fort ou de se rapprocher en deçà de 2 mètres pour se comprendre.
  • En surpassant les capacités de défense immunitaires innées en raison d’une charge virale plus importante et concentrée par le masque devant les voies respiratoires.

Pensez-y : combien de fois touchez-vous votre masque pour le réajuster ??

S’il est plein de virus, ces virus vont directement sur vos mains… puis un peu partout !

Bref, rien ne dit que les masques généralisés ne font pas plus de mal que de bien !

Regardez ce qui s’est passé en Espagne : malgré l’obligation du port du masque, les contaminations n’ont pas cessé d’augmenter !

Espagne
Ce n’est pas une preuve définitive, mais c’est tout de même le signe que les masques généralisés ne sont pas une parade décisive !

À l’inverse, en Suède, il n’y a quasiment plus aucun cas positif, alors que le masque n’est obligatoire nulle part, même pas dans le métro !

Voilà pourquoi j’ai lancé une pétition contre le port généralisé obligatoire du masque.

Au moment où je vous écris, nous approchons des 100 000 signataires, mais il faut continuer !

Transmettez ces informations autour de vous, brisons le mur du silence des médias !

Je compte sur vous,

Guillaume Chopin


Sources et références :

[1] https://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/09/16/le-port-du-masque-est-bien-sur-nocif-pour-la-sante-309118.html

[2] https://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/09/16/le-port-du-masque-est-bien-sur-nocif-pour-la-sante-309118.html

 

Header Association

Merci pour votre signature !
2e étape : il faut en parler à nos proches et à nos amis
 
Chers amis du Naturel,
 
On ne peut pas laisser faire ça.
 
Dans plus de 13 000 communes, le port du masque obligatoire a déjà été imposé... même en extérieur.... même quand ce n'est pas nécessaire.

Dans quelques semaines, ils nous forceront peut-être à nous masquer PARTOUT... tout le temps.
 
Voilà pourquoi il faut dire "NON" aujourd'hui et refuser d'être "muselé" de force.
 
N'hésitez pas à transférer ce message à vos amis, à vos proches.

Il faut dire "NON" maintenant, car quand l'habitude sera prise, il sera trop tard.

Votre dévoué,

Guillaume Chopin

 

Masque obligatoire généralisé
>> STOP <<

Signez la pétition contre le masque obligatoire dans la rue

Chers amis,

Il faut tout faire pour stopper cette folie !

Du jour au lendemain, dans plus de 13 000 villes de France, le port du masque est devenu obligatoire.
  • Même dans la rue, peu importe qu’elles soient bondées ou désertes.
  • Même au grand air, dans les jardins publics.
  • Même à moto, y compris avec un casque intégral (et tant pis pour la buée…)
  • Même à l’intérieur de sa voiture, à Nice[1] !
  • Même en maillot de bain à la plage, dans l’Hérault.

Et parfois même à vélo et en trottinette (heureusement, la plupart des villes ont fait machine arrière face à cette absurdité).

Pire, le simple fait de baisser son masque pour manger un sandwich à Paris… ou pour fumer une cigarette serait ainsi condamnable !![2]

Mais le plus absurde, c’est qu’à l’inverse, on a le droit de s’entasser aux terrasses des cafés et des restaurants, sans masque et sans aucun respect de la distanciation sociale.

Vraiment, on marche sur la tête !!

Et attention : si vous avez le malheur d’oublier votre masque à la maison ou si vous refusez d’en porter un, ça peut vous coûter très cher :

Les policiers et les gendarmes peuvent dresser des amendes de 135 euros.

Et en cas de récidive, si vous oubliez votre masque 2 fois, ils peuvent vous verbaliser à hauteur de 1 500 euros [3].

Jamais dans l’histoire récente de la France, nos libertés ont été tant malmenées.

Vraiment, c’est inouï ce qui se passe sous nos yeux :

  • Qui aurait pu penser il y a quelques mois encore, qu’on nous empêcherait de sortir de chez nous quand ça nous chante ?
  • Que des policiers et des gendarmes demanderaient une “autorisation de sortie” à des honnêtes gens qui veulent aller faire leur marché?
  • Qu’il serait désormais impossible de se faire la bise pour se dire bonjour, ou même de se serrer la main ?
  • Et qui aurait imaginé qu’un peuple entier devrait sortir “masqué” dans la rue, sous peine d’être arrêté et verbalisé par la police ?

Franchement, personne n’aurait cru une chose pareille il y a 9 mois encore.

Pourtant, après des heures et des heures de matraquage médiatique, d’interventions officielles depuis l’Élysée, ou de déclarations anxiogènes sur BFMtv, ils ont réussi à imposer le port du masque, même dans la rue.

C’est le cas à Paris depuis le 28 août.

Et aussi fou que cela puisse paraître, tout le monde obéit, sagement.

Signez la pétition contre le masque obligatoire dans la rue

Personne ne réagit, comme si tout ça était normal.

Il faut se battre pour leur faire entendre raison et refuser le port du masque obligatoire généralisé : voilà pourquoi j’ai décidé de lancer cette grande pétition.

Car la situation actuelle est insensée.

En quelques jours, ils ont réussi à imposer ça à 23,3 millions d'habitants : dans quelques villes, il n’y a que des zones limitées qui sont concernées comme les marchés, les zones piétonnes, etc.[4]

Mais pour plus de 6,9 millions d’habitants, c’est obligatoire PARTOUT.

Au nom du “virus”, ils sont prêts à sacrifier toutes nos libertés, les unes après les autres.

Hier le confinement brutal...

… maintenant le masque

… et après : que nous demanderont-ils ?

D’ailleurs, la Justice a commencé à mettre son nez dans ces affaires de masque obligatoire et a déjà cassé certains arrêtés municipaux ou préfectoraux obligeant le port du masque.

Ça a été le cas à Strasbourg par exemple.

Le 3 septembre, le tribunal administratif a retoqué l’arrêté préfectoral qui imposait le port généralisé du masque à Strasbourg et dans les 12 autres principales villes du département du Bas-Rhin.

« Une atteinte immédiate à la liberté d'aller et venir et à la liberté personnelle des personnes appelées à se déplacer dans les communes concernées »

(Tribunal administratif de Strasbourg, le 2 septembre 2020).

Le Conseil d’Etat a mis son grain de sel… mais la bataille n’est pas terminée.

Ce n’est que le début, et il faut se battre pour que tous ces arrêtés municipaux ou préfectoraux soient retirés, les uns après les autres.

M° Fabrice Di Vizio, un avocat spécialisé, a commencé à s’attaquer aux décisions similaires prises à Paris, Lyon et Nice.

“On peut atteindre l'objectif de santé publique en limitant le masque à des zones de fortes densités, a des horaires de fortes densités”[5].

Il faut se battre, pour que le port du masque - notamment en extérieur - reste une démarche individuelle… et raisonnable.

Signez la pétition contre le masque obligatoire dans la rue

Voilà pourquoi je lance cette pétition adressée au Premier ministre Jean Castex contre le port du masque généralisé dans la rue.

Le fondement même de la démocratie, c’est de faire confiance à l’intelligence collective pour prendre les bonnes décisions.

  • Certains parmi nous préfèrent sortir “masqués”, même dans la rue : pas de problème si ce masque ne fait pas oublier des gestes sanitaires plus importants comme un bon lavage des mains, ou une distanciation raisonnable.
  • Certains n’ont pas envie d’être “muselés” toute la journée, notamment dans la rue : eux aussi doivent respectés. Chacun est suffisamment responsable pour savoir s’il se met en danger ou s’il met en danger la santé des autres.

Il faut juste revenir au “bon sens”, chose que malheureusement, les autorités semblent avoir oubliée totalement depuis des mois :

La preuve, ce qui se passe dans nos écoles :

Qui a pu penser 1 seconde qu’on pouvait imposer le masque à des enfants de 12 ans ??

Pour la plupart des enseignants de collège, qui font déjà un métier difficile, c’est une épreuve de plus.

Comment demander un tel effort à de jeunes élèves de collège et à des lycéens.

Ça va ajouter des tensions, évidemment", prévient Matthias Hurni, professeur de mathématiques au lycée de la cité scolaire Jean Renoir à Bondy (Seine-Saint-Denis).[6]

Il y a déjà tous les autres “gestes barrières” qui leur sont imposés :

  • éviter qu'ils se croisent trop dans les couloirs
  • qu'ils soient trop entassés dans les classes
  • que les réfectoires soient trop bondés…

Pour les enseignants et pour les pauvres élèves, c’est un casse-tête sans nom !!

Et tout ça pour quoi ?

On ne sait même pas si ça sert à quelque chose : même l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ne recommande pas le port du masque généralisé[7] :

“À l'heure actuelle, l'utilisation généralisée des masques partout n'est pas étayée par des preuves scientifiques de bonne qualité”.

Vous me direz peut-être que ce n’est pas dramatique de porter un masque de temps en temps.

Et quand on est dans un bus tassé, dans le métro, ou même dans la queue d’un supermarché, ça permet d’éviter qu’un postillon ne s’échappe quand on toussoter ou que l’on soupire.

Mais si à l’heure actuelle on n’a aucune preuve sérieuse que cela empêche d’être contaminé ou de transmettre le virus aux autres si on est porteur sans symptôme, il est avéré que mal utilisé, le masque peut-être catastrophique.

Signez la pétition contre le masque obligatoire dans la rue

Pourquoi l’obligation entraîne des comportements dangereux

Ceux qui vivent dans les villes où le port du masque est déjà obligatoire ont vu dans quelles conditions catastrophiques cette mesure est appliquée :

  • la plupart des gens gardent le même masque pendant plusieurs jours ;
  • très vite, ces masques sont pleins de microbes et de virus en tous genres ;
  • ils sont rangés au fond d’une poche ou d’un sac à main quand ils ne sont plus nécessaires…
  • et au restaurant par exemple, on les ressort quand on doit se lever pour aller payer ou aller aux toilettes !

Il faudrait faire une analyse biologique des masques en circulation à Paris ou dans les grandes villes pour compter le nombre de germes qu’ils contiennent.

Sous le masque, les bactéries se développent rapidement.

C’est d’ailleurs pour cette raison que pendant des semaines, ils nous ont recommandé de ne SURTOUT pas porter le masque.

Depuis le début de la crise, le masque suscite les craintes de beaucoup de spécialiste, comme le Professeur Didier Pittet.

Attention, c’est tout sauf un hurluberlu : c’est lui qui a permis la généralisation du gel hydro-alcoolique dans les hôpitaux.

Mais pour lui, le grand public n’est pas à même de bien utiliser le masque.

  1. Idéalement, il faut se frictionner les mains avant de toucher le masque et de le mettre ;
  2. Ensuite de ne plus le toucher ;
  3. Et enfin se frictionner les mains à nouveau après l’avoir enlevé.

Honnêtement, qui fait vraiment ça ??

Pour cet éminent professeur, si ces règles d’hygiène ne sont pas respectées, le port du masque entraîne un «risque augmenté pour la population».

Signez la pétition contre le masque obligatoire dans la rue

D’ailleurs, c’est exactement ce que l’on nous disait il y a quelques mois encore :

Masques : comment ils ont changé d’avis

Voici ce que conseillait le Gouvernement il y a quelques mois…

… avant qu’on ne réalise que notre stock stratégique avait été détruit...

… avant que l’Etat ne commande des centaines de millions de masques…

… avant qu’Emmanuel Macron demande à des usines françaises de lancer la fabrication de masques en tissus (qui ne protègent pas du virus).

« Il n’y a pas besoin d’un masque quand on respecte la distance de protection vis-à-vis des autres ».

(Sibeth Ndiaye porte-­parole du gouvernement - le 25 mars 2020)

« Il faut sortir de ce fantasme autour des masques. Respecter une distance de plus d’un mètre, c’est beaucoup plus efficace qu’un masque. Et, surtout, on a des cas de contamination de gens qui portent des masques et le tripotent toute la journée. »

(Agnès Pannier-Runacher, ministre, le 19 mar 2020)

« Il n’y a pas de preuve que le port du masque dans la population apporterait un bénéfice. Ce serait même plutôt le contraire, à cause d’une mauvaise utilisation ».

(Édouard Philippe, Premier ministre, le 1er avril 2020)

"Le port du masque, en population générale dans la rue, ça ne sert à rien"

(Edouard Philippe, Premier ministre, le 13 mars 2020)

Ca, c’était le discours quand la France était en panne de masque.

On a découvert cet été que c’était un mensonge, un vrai mensonge d’Etat[8][9]

Et maintenant, ils font volte face !!

Ils voudraient qu’on soit masqués en permanence.

Partout.

Encore une fois, je ne suis pas contre le port du masque.

Ce qui me gêne ici, c’est vraiment caractère obligatoire de cette décision.

Certains épidémiologistes pensent comme moi que l’obligation peut-être contre-productive et entraîner une forme de rejet.

"Le port du masque devrait être optimisé selon les situations. L’imposer 10 h de rang au travail, par exemple, en fait un objet insupportable et il ne devrait être porté que dans les situations les plus à risques. En faire une contrainte pourrait entraîner un effet inverse de rejet alors qu’il est efficace".

(Dr Martin Blachier, épidémiologiste)

Et il a raison : le rejet a été très rapide.

Mais attention, ceux qui OSENT dire que le port du masque généralisé n’est pas souhaitable se font vite “taper sur les doigts” :

Les “anti-masques” dans le collimateur

Au Canada par exemple, une pétition contre le port du masque obligatoire a fait un tollé et a dû être retirée par la plateforme qui l’hébergeait[10].

Alors que les signataires demandaient juste que la liberté soit respectée.

Dans les journaux, ils commencent à s’en prendre aux anti-masques et à ceux qui osent remettre en question ces décisions brutales[11] et à dénigrer ceux qui expriment leur indépendance.

Ils parlent des “anti-masques” comme s’ils s’agissaient de bandits ou de hors-la-loi.

C’est au contraire une manière de défendre la liberté et la démocratie.

S’il vous plaît, aidez-moi à faire respecter la liberté dans nos rues, dans nos villes, dans nos villages en signant cette grande pétition adressée au Premier ministre Jean Castex contre le “port du masque obligatoire en extérieur”.

Merci de votre aide.

Nous devons être des centaines de milliers pour faire stopper cette mascarade.

Guillaume Chopin

Signez la pétition contre le masque obligatoire dans la rue

 Association Internationale pour une Santé Naturelle, Scientifique et Humaniste (AISNSH)
Case postale - 1211 Genève 3 - Suisse